5 trucs à ne pas faire dans votre marketing par courriel

15 juin 2015  |  par Globalia

Il y a de cela quelques années, le meilleur moyen de communiquer en ligne était par courriel. De nos jours, on a remplacé cette communication par les tweets, les statuts Facebook et les discussions par « chat », mais cela ne veut en aucun cas dire que le courriel en est moins important. Au contraire, il représente maintenant un endroit où l’on peut consulter nos messages en paix puisque sur les médias sociaux, il y a beaucoup de bruits. Voilà pourquoi il est des plus importants de construire une campagne de marketing par courriel qui ait du sens et qui soit bien planifiée. Ainsi, vous serez en mesure de rejoindre votre audience dans ce moment de paix, où ils prendront le temps de vous lire puisque, rappelons-le, vous aurez eu leur consentement pour leur écrire. Malheureusement, plusieurs font des erreurs dans leur marketing par courriel et donc, ils n’obtiennent pas les résultats escomptés.

Alors, que vous soyez débutant ou vétéran, il se pourrait que vous ayez besoin de connaître quelques trucs à ne pas faire dans votre marketing par courriel. C’est pourquoi je vous en présenterai 5 dans cet article de blogue! Ainsi, vous serez en mesure de ne jamais les appliquer dans vos campagnes.

5 trucs à ne pas faire dans votre marketing par courriel

Si vous ne le saviez pas déjà, le marketing par courriel peut vous aider à vous connecter et interagir avec les gens, à comprendre votre audience, à fidéliser vos clients, à augmenter vos ventes, à faciliter les opérations de tous les jours du service à la clientèle, etc. Alors, si vous voulez être en mesure d’atteindre ces objectifs, découvrez, sans plus tarder, ces 5 trucs à ne pas faire dans votre marketing par courriel.

1. Envoyer des courriels sans avoir le consentement des destinataires

Comme vous le savez surement ou sinon il serait grandement temps de le savoir, depuis juillet 2014 (presque un an), la loi C-28 est en vigueur au Canada, ce qui signifie que vous êtes dans l’obligation d’avoir le consentement implicite ou explicite de vos destinataires lorsque vous leur envoyez un courriel. Ainsi, si vous continuez, encore aujourd’hui, à envoyer des courriels sans avoir le consentement de vos destinataires, vous pourriez être fortement pénalisé puisque vos destinataires pourraient, hélas, vous dénoncer ou vous poursuivre et vous auriez à payer une amende. Qui voudrait cela? Alors, n’oubliez pas que cette loi a été conçue pour réduire et pénaliser le SPAM qui était envoyé par courriel. Voulez-vous avoir l’air de SPAM dans la boîte de réception de vos abonnés potentiels? Je ne crois pas! De plus, vous devriez toujours inclure un lien pour se désabonner de la liste d’envoi, et ce, dans tous les courriels et infolettres que vous envoyez à vos abonnés.

i-didnt-want-this-email

2. Traiter tous vos abonnés de la même façon

Pensez-y-bien avant d’envoyer un courriel à tous vos abonnés! Ça ne veut pas dire que ce courriel conviendra à tous. Comme on dit en anglais « one-size-fits-all » ne s’applique pas la plupart du temps. À titre d’exemple, comment pouvez-vous être certain que votre courriel promotionnel sera pertinent pour tous vos abonnés? C’est pourquoi vous devriez toujours :

1. Faire un ménage dans vos listes actuelles :

Il ne faudrait pas envoyer de courriels à des abonnés qui ne désirent plus entendre parler de vous ou continuer de faire des envois à une adresse qui n’est plus valide et où vos courriels rebondissent chaque fois.

2. Segmenter vos listes :

Segmentez toujours vos listes. Il se peut que, parmi tous vos abonnés, vous ayez différents groupes d’âge, genres ou même des particuliers versus des entreprises. Vous ne pouvez donc pas vous adresser de la même manière à tous. Je suis persuadé que de cette manière, vous aurez de meilleurs taux d’ouverture, si votre contenu est adéquat bien sûr.

3. Personnaliser vos envois :

Une fois que vos listes sont segmentées, vous devriez personnaliser vos envois. Demandez à vos abonnés ce qu’ils aiment, leurs intérêts dans votre contenu et qui ils sont, en leur expliquant le but de ces questions. De cette façon, une bonne partie de vos abonnés répondront dans le but de recevoir de l’information qui est pertinente pour eux. De plus, ils seront plus enclins à ouvrir vos courriels puisqu’ils y retrouveront de l’information qu’ils auront choisi de recevoir.

3. Ne pas suivre et mesurer vos courriels

Si vous faites du marketing par courriel, vous devriez toujours suivre vos campagnes. En effet, ce n’est pas parce que, par exemple, vous avez automatisé le tout que les résultats seront toujours positifs. Vous devez chaque mois faire un suivi de vos campagnes et mesurer le succès de celles-ci. Pour ce faire, il existe une multitude de métriques que vous pouvez utiliser. De cette façon, vous pourrez prendre ces données pour améliorer vos campagnes actuelles et à venir. De plus, n’hésitez pas à faire des tests A/B avec vos courriels pour savoir lesquels fonctionnent le mieux, et ce, dans différentes listes. C’est très facile de voir immédiatement ce qui fonctionne ou pas avec le taux de clics.

4. Bombarder vos abonnés avec trop de courriels

Bien souvent, les entreprises qui connaissent beaucoup de succès avec leurs campagnes de marketing par courriel vont décider d’augmenter la fréquence d’envoi puisque ça amène des résultats positifs et ils veulent continuer dans cette lignée. À court terme, vous connaîtrez fort probablement une augmentation des ventes et des actions que poseront vos abonnés, mais, je le répète, à court terme. À moyen et à long terme, ces mêmes abonnés se tanneront peut-être si vous continuez de toujours ajouter un ou deux courriels de plus. Et à ce moment, il se peut que vos ventes commencent à diminuer et vos abonnés à se désinscrire. Les abonnés accorderont moins de valeur à vos courriels puisqu’ils en recevront un peu trop.

Si vous désirez envoyer davantage de courriels, faites un test A/B comme je l’ai mentionné précédemment. Prenez deux groupes différents et envoyez-leur des courriels à une fréquence différente, et ce, sur une période X, et vous saurez si ça peut fonctionner ou pas avec vos abonnés.

trop-courrier

5. Négliger le mobile

De nos jours, le mobile est partout! Les gens peuvent consulter leurs courriels en allant faire l’épicerie, en attendant leur café au Starbucks, dans le métro, au petit coin, et j’en passe. Selon une étude faite par Gartner, 74 % de ceux qui possèdent des téléphones intelligents les utilisent pour regarder leurs courriels. Il apparaît donc important de considérer le mobile lorsque l’on élabore une infolettre pour nos abonnés. Celle-ci doit en effet être conçu pour bien s’ouvrir sur le mobile et donc d’être responsive design. Il faut aussi que la ou les pages de destination sur lesquelles vos abonnés atterriront en cliquant dans votre infolettre soient optimisées pour le mobile. Si ce n’est pas le cas et que vous avez négligé l’aspect visuel sur mobile de vos courriels, l’expérience utilisateur ne sera pas la même et le taux de clics sera considérablement plus bas. Vous pourriez même apercevoir des désabonnements de la part de ceux qui consultent vos courriels sur mobile et ce n’est pas ce que vous voulez surtout lorsque l’on sait que plusieurs font des achats après avoir reçu une infolettre.

Si vous ne savez pas combien d’abonnés consultent vos courriels via mobile, sachez que vous pouvez le savoir à l’aide d’outils analytiques. À titre d’exemple, c’est possible de le savoir sur MailChimp.

Voici donc 5 trucs à ne pas faire dans votre marketing par courriel. Évidemment, il en existe plusieurs autres qu’il ne faut pas faire, mais j’ai décidé d’en présenter seulement 5. Par contre, n’hésitez pas, de votre côté, à en partager d’autres, et ce, dans la section des commentaires ci-dessous!

Retour au blogue